Categorías
Sin categoría

L’Oiseau de Paradis de Paul Manate

La sortie nationale en salles de L’Oiseau de Paradis, le premier long-métrage du rennais Paul Manate, était prévue le mercredi 15 avril 2020. En raison de la crise sanitaire actuelle, la société de production rennaise du film A perte de vue l’a sorti en VOD, le dimanche 24 mai 2020, sur diverses plateformes : Universciné, CanalVOD, iTunes, Google, La Toile, Microsoft, Orange, RakutenTV, Vidéofutur… Aussi, le distributeur indépendant du film UFO Distribution a l’a sorti salles le mercredi 29 juillet à Paris, Lyon et Cancale.

L’Oiseau de Paradis a été projeté en salle en avant-première au Ciné TNB à Rennes le dimanche 16 février 2020 dans le cadre du Festival Travelling. La projection était suivie d’une rencontre avec Paul Manate. J’ai eu l’opportunité d’assister à cette séance (projection et rencontre).

L’Oiseau de Paradis sera a nouveau projeté en salle pour une séance exceptionnelle au Ciné TNB à Rennes en partenariat avec Clair Obscur le mardi 15 septembre 2020. La projection sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur Paul Manate et le compositeur Olivier Mellano.

https://www.t-n-b.fr/programmation/avec-vous/rencontre-loiseau-de-paradis

Le réalisateur rennais d’origine polynésienne a le mérite d’avoir tourné son premier long-métrage à Tahiti, son île natale. C’est d’ailleurs l’un des rares films à avoir été tourné en Polynésie et à avoir engagé un casting polynésien. Il s’agit d’un premier film mais aussi du premier film tahitien.

« L’Oiseau de Paradis raconte un conte mystique et contemporain sur le plus beau des paradis perdus, un Tahiti métisse, intime et légendaire. Teivi, jeune assistant parlementaire métis de ving-cinq ans, recroise un jour Yasmina, une lointaine cousine maorie aux pouvoirs mystiques qui lui fait une étrange prédiction : « Tu vas mourir… Je te sauverai. » »

Aussi, j’étais emballée à la lecture du synospis car je m’attendais à un film fantastique, « à un conte mystique et contemporain » et j’ai d’ailleurs été confortée dans mon idée au début du film, lorsqu’une voix off raconte la légende d’une ogresse sur le ton d’un conte horrifique. A la fin du film, je suis restée perplexe, « sur ma faim » (celle de l’ogresse ?) parce qu’il ne m’a pas semblé abouti alors qu’il aborde plein de questions ; des questions politiques, sociales, culturelles dans un enrobage fantastique autour de Tahiti. Il s’agit certes, d’un premier long-métrage. J’étais partagée, à la fois ravie d’avoir vu d’aussi belles images de Polynésie, mais cependant, pas convaincue du propos du film. Bref, je me sentais dans un entre-deux. Les Inrocks ont d’ailleurs titré leur critique en date du 19 mai 2020 : « L’Oiseau de Paradis : un film mi-fantastique, mi-ennuyeux ». Lors de la rencontre Travelling avec Paul Manate, j’ai redoublé de perplexité. Ce que j’avais ressenti des personnages était quasi à l’inverse des intentions qu’il leur avait insufflés. J’avais éprouvé de la sympathie pour Teivi alors qu’il est décrit par Paul Manate lui-même, comme antipathique. Soit j’ai l’esprit tordu, soit je n’ai rien compris. C’est un film que je reverrai donc à l’occasion avec attention, car je n’aime pas être partagée dans un perplexe entre-deux face à un film. Est-ce moi spectatrice qui ai manqué quelque chose ou est-ce son auteur ? N’ai-je pas apprécié le film à sa juste valeur ?

Un oiseau de paradis est le nom vernaculaire donné, en zoologie à diverses espèces d’oiseaux à plumage spectaculaire. C’est aussi en botanique, le nom donné par analogie à quelques plantes et en astronomie, le nom donné à une constellation méridionale. Enfin, au cinéma, c’est le titre qui a été donné à plusieurs films.

L’Oiseau de Paradis ; Paul Manate, réalisateur et Colette Quesson, productrice
France, 2020, 1:26, Couleur, À Perte de Vue Production, UFO Distribution.
Avec Sebastian Urzendowsky (Teivi), Blanche-Neige Huri (Yasmina), Patrick Descamps (le
député Gilot)

Référence :

https://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/loiseau-de-paradis-un-film-mi-fantastique-mi-ennuyeux/

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *